Masterclasses | Le Regard du Cygne
Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

MASTERCLASSES

Calendrier 
Les 13, 20 et 27 septembre : Christina Towle autour de sa création Bounce Back
Les 4, 11, 18 et 25 octobre : Karima El Amrani autour d‘Album de Chorégraphie
Les 8, 15 et 29 novembre : Julie Meyer-Heine autour de Auscultarer
Les 6, 13 et 20 décembre : Marika Rizzi autour de Se résoudre dans le vide
Les 03 et 10 janvier : Johan Bichot autour de Glissement
Les 7, 14, 21 et 28 février : Nina Vallon autour de On the first counterpoint
Les 4, 11, 18 et 25 avril : Sylvain Ollivier autour de Les Prouesses de l’Échec
Les 9, 16, 23 et 30 mai : Francesca Zivani autour d’Inizio
Les 6 et 13 juin : Marie Desoubeaux autour de r e s t e r [version boomerang]

+ d’infos en bas de page

FRANCESCA ZIVIANI
Inizio

Les lundis  9, 16, 23 et 30 mai

© Andrea Graziosi

Après un échauffement qui mélange des techniques corporelles que pratique la chorégraphe depuis longtemps ; entre Yoga, chamanisme et danse, elle vous proposera de pénétrer l’univers chorégraphique d’Inizio.

Entre mysticisme et ironie, Francesca Ziviani explore dans cette création une forme de jeux d’improvisation guidé qui se base sur une écoute très profonde de l’instant présent. Cela conduit à un grand lâcher prise mental qui permet de faire émerger de vos corps des actions purement spontanées. Ce qui intéresse la chorégraphe, c’est de partir de la mémoire corporelle et émotionnelle de chaque participant pour développer sa propre forme de “folie” organisée, en découvrant l’animal, le vieux, l’enfant et toute forme inconsciente qui l’habite. L’envie est celle de  créer à la fin de la Masterclasse, une série de solos complètement originaux.

Durée : 2h

D’abord interprète pour Jean-Claude Gallotta, Yoann Bourgeois et François Veyrunes, Francesca Ziviani développe sa propre écriture chorégraphique. Depuis 2017 elle crée quatre pièces au sein de sa compagnie Sens Intérieur Brut qui interroge le sens de la valeur humaine.

MARIE DESOUBEAUX
r e s t e r [version boomerang]

Les lundis 6 et 13 juin 

Sur ces deux séances, les participant.tes apprendront avec la chorégraphe les différentes qualités musicales qui ont été explorées pendant la création de R E S T E R : comment la composition du mouvement se lit-elle, et quelles qualités de silences peut-on trouver et creuser dans une phrase chorégraphique ?

Abordant une approche protéiforme de la chorégraphie, il sera possible de voir comment voix, mouvement et langage musical peuvent ainsi se conjuguer et former un tout cohérent, remettant en puissance chacun de ces langages au sein d’une même composition.

Durée : 2h

Marie Desoubeaux commence la danse et la musique à 6 ans dans les classes à horaires aménagés du Conservatoire de Caen, avant de monter à Paris puis de finaliser sa formation de danseuse interprète à Berlin, Bruxelles, et Canton (Chine).

Elle danse pour de nombreux chorégraphes français et internationaux et mêle déjà les approches en tant qu’interprète en travaillant pour des compagnies de théâtre, de danse, pour des formes performatives, mais également pour le cinéma. Elle crée la compagnie Présomptions de Présences en 2016 pour soutenir son travail d’auteur et de chorégraphe. R E S T E R est sa première création.

© Laure Ferraris

SYLVAIN OLLIVIER
Les Prouesses de l’Échec 

Les lundis  4, 11, 18 et 25 avril

© Benoit Chapon

L’échauffement commencera au sol par une série d’étirements et de respirations proche du yoga puis il sera temps de se mettre en mouvement progressivement jusqu’à la station debout. Au cours des quatre Masterclasses le chorégraphe abordera les différentes matières qui ont été travaillées dans Les Prouesses de l’échec – création qui va à l’encontre de la recherche de la performance physique et sociale : s’inspirer de gestes quotidiens pour la mise en place d’une base chorégraphique. Et partir de celle-ci pour la déformer, la tordre notamment dans la lenteur et la spirale en étant à mi-chemin entre l’action et le laisser faire.

Sylvain Ollivier abordera aussi certains principes du burlesque, tel que le principe du contraste comme ressort comique. Comment introduire de l’humour, soit par un procédé de parole répétitive qui frôle l’absurde, soit par une gestuelle minimale et précise ? Ce rendez-vous chorégraphique sera l’occasion de voir comment, par un travail précis du timing, un petit geste prend de l’ampleur et beaucoup de sens.

Durée : 2h

Entre la danse, le théâtre, la composition, le DJing, la magie et l’organisation de soirée Sylvain Ollivier n’a pas eu envie de choisir. En 2015 il crée Ouvreur son premier solo puis, creusant la piste de l’anti-performance, Y aller ou pas (?) en 2018.

NINA VALLON
On the first counterpoint

Les lundis  7, 4, 21 et 28 février

On The First Counterpoint est un solo créé en 2007 à la Charleroi danse biennale en collaboration avec le compositeur Thierry de Mey autour du premier contrepoint de l’Art de la Fugue de Bach. Cette pièce marque le début de son travail chorégraphique et a été présentée les 22 et 23 novembre derniers au Regard du Cygne dans le cadre du Festival Signes d’Automne en partenariat avec Danse Dense #lefestival.

La Masterclasse commencera par une mise en corps douce avant d’aborder les différents outils de compositions et modalités d’écriture permettant d’entrer, ensuite, plus facilement dans la matière chorégraphique du solo. Les participants.tes feront l’expérience de ces outils dans la pratique, en alternant entre des exercices de coordination plus ou moins complexes et la mise en action de concepts plus abstraits dans le corps.

Durée : 2h

Nina Vallon est une chorégraphe/danseuse suisse/brésilienne basée à Paris. Elle se forme au Ballet Junior de Genève puis au sein de la formation européenne pluridisciplinaire D.A.N.C.E. ainsi qu’en Études Visuelles à l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Elle étudie également le piano au Conservatoire populaire de Genève et le théâtre.

Elle collabore ensuite avec différents artistes rejoignant The Forsythe Company en 2008. Basée à Francfort entre 2007 et 2014, elle se consacre, en parallèle de son activité artistique, à la mise en place d’infrastructures pour le développement de la danse contemporaine et son introduction hors des contextes théâtraux conventionnels. Elle s’installe en France et intègre la compagnie K622 – Mié Coquempot en 2016. Nina développe aujourd’hui son activité de création privilégiant les collaborations avec d’autres artistes et le croisement entre les disciplines. Sa compagnie, As Soon As Possible, est implantée à Paris. Nina siège au Conseil National du syndeac en qualité de suppléante aux côtés de Bruno Lobé. Elle est accompagnée par le Paris Réseau Danse, le dispositif Danse Dense pour l’émergence chorégraphique et a été artiste en compagnonnage au Manège scène nationale – Reims la saison dernière.

© Myriam Tirler

MARIKA RIZZI
Se résoudre dans le vide

Les lundis  6, 13 et 20 décembre

© M. Rizzi

La création de Se résoudre dans le vide a traversé différentes étapes qui ont transformé au fur et à mesure le projet initial. D’une forme performative très éclairée et imaginée pour des espaces alternatifs, la pièce a trouvé sa place dans la boîte noir jouant avec le clair-obscur. Sans les chercher le travail a pris des détours inattendus, allant de la matière concrète du poids du corps à celle abstraite de l’imaginaire, d’un langage inventé, d’un récit intérieur fictionnel.

Ce sera cette deuxième dimension que la chorégraphe aimerait revisiter et partager dans le cycle des trois Masterclasses : solliciter sa sphère imaginaire et sensorielle pour créer une partition fictionnelle et poétique qui puisse orienter le déploiement du geste et stabiliser la composition individuelle et collective. Il y aura de la voix, chuchotée et/ou chantée dans un langage inventé. Identifier et distinguer les phases d’activité, action et image permettra à la danse de clarifier son parcours pendant qu’il se déroule.

Durée : 2h

Parallèlement à son activité d’interprète, (Felix Ruckert – Berlin, Odile Duboc et autres),  Marika Rizzi s’approche des pratiques somatiques, de l’improvisation et du contact improvisation. Diplômée d’un master au département de danse de Paris 8, elle rencontre dans son parcours de recherche Kirstie Simson avec qui elle performe à plusieurs reprises, Simone Forti, Lisa Nelson, Steve Paxton à l’occasion du film « Material for the Spine », Nancy Stark Smith et Mike Vargas, Deborah Hay dans le projet SPCP témoigné dans le documentaire Turn Your F*^king Head. Depuis 2005 elle développe des projets personnels.

En suivant sa curiosité et son intérêt profond pour le mouvement, sa relation à la danse se développe en arborescence et s’exprime aujourd’hui dans différents domaines. Elle investit la notion de «recherche en mouvement» sur laquelle son travail chorégraphique et son enseignement se fondent : partir de la pratique pour laisser émerger des matières corporelles et rejoindre la théorie à partir des savoirs spécifiques au geste et à la danse.

JULIE MEYER-HEINE
Auscultare

Les lundis  8, 15 et 29 novembre

En lien avec son projet Auscultare, Julie Meyer-Heine propose trois ateliers autour de la notion d’écoute. Ecouter le corps dansant du dedans. Prêter oreille à ses résonances, ses zones d’ombre et de silence, ses densités de présence. L’écoute est omniprésente en danse, elle est éveillée, travaillée. Le danseur est celui qui se doit « d’être à l’écoute ». De quoi parle-t-on lorsqu’on évoque l’écoute en danse ? Peut-on parler d’écoutes plurielles?

Le danseur par son écoute, est-il celui qui navigue entre avoir, être et prendre corps ?

Durée : 2h

Julie Meyer Heine est interprète pour Didier Théron, Christine Gérard, Daniel Dobbels, Christina Towles et la compagnie Kalam’ qui mêle des danseurs autistes à ses projets. Artiste chercheuse, différents axes traversent ses recherches : La maturité en danse : quid du mouvement quand on vieillit ?, Balancer tourner chuter, socle pédagogique pour l’enfance, observe les mouvements primaires du balancer tourner, chuter, Auscultare, sur l’écoute du corps dansant, en binôme avec Sylvie Berthomé.

© Lucie Gallois

KARIMA EL AMRANI
Album de chorégraphies

© Fanny Metzger

Quelles sont ces danses qui nous traversent et comment rencontrent-elles nos corps ? Dans cet atelier, Karima El Amrani vous propose d’explorer les différentes pistes de travail qui ont accompagné la création du solo « Album de Chorégraphies ». Ce solo interroge le rapport qu’un corps entretient avec son propre mouvement. Les participants.tes traverseront différentes improvisations pour cheminer vers la création d’une courte forme chorégraphique individuelle.

Durée : 2h

Karima El Amrani a commencé la danse à l’âge de dix ans à Aurillac auprès de Vendette Mathea à La Manufacture. Elle se forme ensuite en danse contemporaine au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Elle s’installe à Londres en 2011 où elle travaille pour Hofesh Shechter. Depuis 2013, elle collabore avec Christoph Winkler à Berlin, Clod Ensemble à Londres et la Compagnie 7273 à Genève. Parallèlement, elle se certifie dans l’enseignement du yoga ashtanga et rejoint les projets chorégraphiques de David Drouard, Damien Jalet, Adriano Wilfert Jensen, Thomas Lebrun et plus récemment Myriam Gourfink pour la création Structure souffle.

La compagnie smitten a été créée en 2018 et s’articule dans la continuité de son parcours d’interprète, comme un laboratoire de recherche extensible et poreux accueillant en son sein de multiples problématiques et désirs mouvementés. Album de chorégraphies (2020) en est la première création. En 2021, elle s’engage avec Anne-Sophie Lancelin sur la co-création du duo Les figures de l’attention.

CHRISTINA TOWLE – KIVUKO CIE
Bounce Back

Après un échauffement métissé des techniques corporelles qui inspirent la chorégraphe  – la technique Cunningham, le yoga, et l’improvisation – les participants.tes seront invités.ées dans l’univers chorégraphique de Bounce Back. Dans cette  création Christina Towle explore les ponts possibles entre la musique et la danse, entre le geste sportif et le geste chorégraphique. Dans ce stage, elle vous invite à traverser physiquement le processus chorégraphique utilisé pour la création. Notamment la musicalité corporelle – le corps en tant que vecteur musical mais aussi le corps en tant qu’instrument. Construisons des courtes phrases pour en faire chœur rythmique. Il sera ensuite question d’apprendre des extraits de la pièce pour rentrer en profondeur dans la création. 

Durée : 2h

Franco-Américaine, Christina Towle se forme chez Merce Cunningham à New York, où elle a d’abord collaboré avec plusieurs chorégraphes américains en tant qu’interprète. Elle travaille ensuite avec Jean-Claude Gallotta en tant que répétitrice et s’implante en France. Elle développe alors ses propres projets chorégraphiques et suit la formation TRANSFORME à la Fondation Royaumont, sous la tutelle de Myriam Gourfink. Elle fonde avec Laurence Pagès la Cie du petit Côté (2013-2015), qui donne lieu au solo pour souffle et ballon Airtight (2013), soutenu par le CDC/ La Briqueterie, La Ménagerie de Verre, le Studio du Regard de Cygne, et Danse Dense- Pôle d’Émergence Chorégraphique. Elles obtiennent ensuite la Bourse d’Écriture Chorégraphique du CND et de la Fondation Beaumarchais (SACD) pour leur projet chorégraphique Trois Souffles (2014). A partir de 2015, elle fonde sa propre compagnie, la Kivuko Compagnie, soutenue par Danse Dense – Pôle d’Émergence Chorégraphique (saison 2016-2017). La première création de la Compagnie – Debout-Se Relever est finaliste, en 2016, de la compétition Danse Élargie au Théâtre de la Ville. Elle développe depuis un tryptique chorégraphique pour le très jeune public, Lune, Soleil, et Entre Chien et Loup, avec le soutien du Réseau Courte Échelle (2016-2018).

Elle est artiste associée à la programmation au Regard du Cygne depuis 2019.

© Timothée Lejolivet

C’est quoi ?
L’année 2021-2022 annonce l’ouverture d’une série de Masterclasses, pilotée par le Regard du Cygne, en lien direct avec les chorégraphes qui composent nos deux Festivals – Signes d’Automne et Signes de Printemps. Ces Masterclasses sont une invitation à découvrir l’univers chorégraphique d’un artiste de plus près, en traversant physiquement son oeuvre ou son processus de travail. Chaque mois un.e nouveau.elle chorégraphe proposera une serie de 3 ou 4 ateliers en lien avec la création qu’il présente dans notre Festival.
Comment participer ?
On peut participer tout au long de l’année à cet atelier régulier qui aura lieu tous les lundis soirs de 19h30 – 21h30, ou uniquement à un cycle ou une seule séance.
Pour qui?
Ces Masterclasses sont dédiées à des personnes formées en danse contemporaine, ou qui ont une pratique corporelle approfondie. Cette série d’ateliers est conçue comme une façon, pour les danseurs, de rencontrer des chorégraphes, de créer des liens entre artistes, et de forger des collaborations possibles. Le Regard du Cygne, lieu d’expérimentation chorégraphique depuis 1983, viendra re-insuffler un esprit de laboratoire et de recherche, de prise de risque artistique et de communauté entre danseurs et chorégraphes.