Yasmine Hugonnet | Le Regard du Cygne
Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

Yasmine Hugonnet

En résidence de création – Se sentir Vivant

+ d’infos + 

le 8 et 9 décembre 2016

C’est une pièce qui met en scène une femme. Une femme qui s’adresse au public.

A elle-même aussi, et sûrement à d’autres absents.

Pour parler… Pour parler de ce qui nous anime.

Pour entendre sa propre voix résonner hors de son corps.

Pour parler de l’endroit d’où l’on parle.

De ce qui est en train de parler en nous.

Pour dériver entre les multiples couches des discours qui traversent.

Pour parler de la séparation et du lien : séparation de la vie, de la mort, de l’amour, de sa propre image et substance …

Voix du ventre, voix des yeux, voix de la main, voix de la bouche…

Le discours a une continuité dans la performance et dans la présence, mais pas particulièrement par le texte. Le flux du discours se déplace du geste à une parole ventriloque, à une expression de visage, à une respiration, à une posture, à un son, un chant, une question … Cela s’articule avec une dynamique très vive, activant ou stoppant ce qui sort ou entre… ce qui s’anime ou s’éteint…

Comment sait-on qu’on est vivant ?

Quelles sont nos stratégies quotidiennes pour mettre en contact avec nous-même ?

On se regarde, on se touche, on se parle sans articuler les mots, une voix à l’intérieur.

C’est cet espace d’écoute particulière qu’offre la ventriloquie. Une voix se déplace sans sembler affecter le sujet qui la produit. Elle vient du dedans et semble être indépendante, avoir son propre corps. On peut entendre les pensées fugaces et traversantes.

Se sentir vivant…

Etre là, se tenir debout, prendre la parole. Est-ce le désir qui nous tient debout ?

 

Biographie

Yasmine Hugonnet est danseuse et chorégraphe. Elle s’intéresse au rapport entre forme, image et sensation, à la germination de l’imaginaire, à la (dé)-construction du langage chorégraphique, au processus d’incarnation et d’appropriation.  Née à Montreux (Suisse) en 1979, elle vit et travaille aujourd’hui entre Lausanne et Paris. Elle grandit au Mali de 3 à 6 ans et dès son retour elle étudie la danse classique puis part à Paris à 13 ans pour intégrer le Conservatoire National Supérieur en Danse Contemporaine. En parallèle, elle s’intéresse à la danse contact, l’improvisation, le Buto et la recherche chorégraphique. Elle danse pour les chorégraphes Jean-Marc Heim (CH) en 2004-2005, Jo Strömgren (NO) en 2003- 2004 et Luc Petton (FR) en 2001. Elle intervient comme assistante du chorégraphe pourSuperflux (2011) de Jean-Marc Heim et Espèces (2012) de Rosalind Crisp.  Elle entreprend une recherche autour de la notion de « Présences » au sein du programme de Master en chorégraphie « Dance Unlimited » aux Pays-Bas (2003-2004). Sa réflexion sur le geste est fortement nourrie par des rencontres notamment avec Odile Rouquet, Peter Goss et Lisa Nelson. Elle crée ses propres projets chorégraphiques dès l’an 2000, d’abord au sein du collectif Synalèphe. Elle travaille à Taiwan avec des artistes non-voyants puis développe son travail personnel dès 2006. Lauréate des Pépinières Européennes pour Jeunes Artistes, elle est artiste en résidence en Slovénie en 2006 où elle crée « RE-PLAY », un trio qui sera joué dans plusieurs festivals internationaux, (Impulstanz 8tensions Vienne, Temps d’Image Tanzhaus NRW Düsseldorf…), « Latitude de pose » un premier solo, présenté notamment au Festival Artdanthé à Paris, puis « OF OTHER », « A, A ! A ? AA._ » des pièces de groupe, sont co-produites par Maska (SI) et la Tanzhaus NRW à Düsseldorf (DE).

De 2009 à 2013 elle s’engage dans un long temps de recherche solitaire en studio. En 2009 elle fonde sa compagnie Arts Mouvementés à Lausanne et produit ensuite trois solos : en 2013 Le Rituel des Fausses Fleurs, en 2014 Le Récital des Postures. En 2015 La Traversée des Languesprésentée aux Printemps de Sévelin dans le contexte du Programme Commun des Théâtre de Vidy et de l’Arsenic à Lausanne.

Yasmine Hugonnet approfondit son travail sur le mouvement de l’attention, l’idée de la posture comme réservoir et, à travers ses processus chorégraphiques, développe une pratique de la ventriloquie. En 2015, sur une invitation de Virgilio Sieni au Collège de danse de la Biennale de Venise, elle propose le projet Le Récital des Postures Extensions, qui invite entre 7 et 20 performeurs à s’approprier la partition des 20 premières minutes du Récital des Postures. Cette performance proposée pour des espaces non-théâtraux et multi-frontaux dispose les corps à la suite, ils tracent un chemin, une colonne humaine. Chacun opère la partition selon sa propre temporalité.  A partir de 2015, Yasmine Hugonnet est artiste associée pour deux ans au Théâtre Sévelin 36 à Lausanne avec le soutien de Pro Helvetia dans le cadre du projet YAA. En février 2015, Le Récital des Postures est sélectionné pour les Journées de la Danse contemporaine Suisse et, en 2016, dans le cadre de la plateforme Aerowaves. En 2016, elle crée La Ronde / Quatuor, pièce pour 4 danseurs, au Festival des Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis et à la Biennale de Danse de Venise. En mars 2017, elle a présenté  Se Sentir Vivant, un nouveau solo dans le cadre du Festival Programme Commun à l’Arsenic, Lausanne.

En 2017, Yasmine Hugonnet reçoit le Prix Suisse de danse (Création actuelle de danse) pour le Récital des Postures. En 2018, elle prépare une nouvelle création pour trois interprètes intitulé CHRONOLOGICAL qui sera présentée au Théâtre de Vidy et à l’Atelier de Paris Carolyn Carlson.

La Compagnie Arts Mouvementés est basée à Lausanne et actuellement conventionnée avec la ville de Lausanne et le Canton de Vaud pour une durée de trois ans, 2017-2019.

© Delphine Michelli