Nadia Vadori-Gauthier | Le Regard du Cygne
Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

Nadia Vadori-Gauthier

en résidence de création –  Mille et un jours

+ d’infos +

du 2 au 7 octobre 2017

Dans le cadre de son projet quotidien de performance, Une minute de danse par jour initié le 14 janvier 2015, Nadia Vadori-Gauthier, termine son projet par le solo Mille et un jours qui sera présenté à l’Atelier de Paris / CDCN le 13 et 14 octobre 2017.

 

Biographie

Formée à la danse, aux arts de la scène et de l’image, spécialisée dans diverses pratiques du mouvement (danse, Body-Mind Centering, mouvement authentique, yoga), elle fonde ses recherches artistiques et théoriques sur son expérience somatique. Après huit années de compagnie chorégraphique (auteur de 7 pièces), elle dirige aujourd’hui les recherches du Corps collectif, laboratoire artistique et groupe de performance, questionnant les frontières entre l’art et la vie, le visible et l’invisible, le mouvant et la forme, et base son travail sur différents états de corps et de conscience.
Ses thèmes actuels de recherche, basés sur la mise en œuvre d’un continuum théorique-pratique, concernent différents seuils de perception et de représentation dans le processus de création, ceci afin de produire un art qui permette de tisser de nouveaux agencements collectifs, impliquant les personnes et les environnements, à partir de corporéités fluides et ouvertes.
Engagée dans la mise en œuvre d’une poésie active et vivante, elle développe des hypothèses transversales et inter-disciplinaires de recherche (arts plastiques et visuels/ vidéo/ poésie sonore/ danse/ performance in situ/ philosophie/ poïétique), dans l’objectif de proposer des alternatives à la représentation en tentant de contribuer à penser de nouvelles modalités d’images dans les champs scéniques, chorégraphiques et performatifs, envisageant mes propositions artistiques non pas comme destinations formelles, mais comme des vecteurs, esthétiques/ politiques/ somatiques de connexion au vivant.

 

© Nadia Vadori-Gauthier