Signes de Printemps – Spectacles Sauvages | studio Le Regard du Cygne
Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Signes de Printemps – Spectacles Sauvages

08/04/2016|15:00 - 16:00

5€

Le studio Le Regard du Cygne invite des artistes jeunes ou confirmés à faire le choix de la mise en danger, de la prise de risque artistique, de l’expérimentation. Avec des formes courtes et des extraits, leur talent s’expose sur notre plateau pendant ces deux jours. Professionnels, public, artistes se retrouvent et échangent lors de ces rencontres ludiques et chorégraphiques.


Un nouvel impromptu de Fabrice Dugied

Chorégraphe et interprète : Fabrice Dugied
Durée : 6 minutes

Venez découvrir avec nous cette nouvelle chorégraphie surprise, ce nouvel impromptu.
Partagez vos impressions, vos ressentis, vos sentiments en quelques mots à la fin de chaque spectacle et trouvez un titre à sa performance.

 

Biographie de Fabrice Dugied 

Il est chorégraphe, danseur et artiste associé à la programmation danse du studio Le Regard du Cygne, à Paris, depuis sa fondation en 1985 par Amy Swanson.

Né en 1963, il commence la danse en 1975 avec Suzon Holzer avant d’étudier les différentes techniques de la danse contemporaine : Nikolais (Carolyn Carlson, Dominique Petit, Quentin Rouillier…), Limon (Peter Goss, Jennifer Muller, Sara Sugihara), Cunningham (Merce Cunningham Studio NYC, Robert Kovich, Karole Armitage), Post-modern-dance et Release technics (Trisha Brown et ses danseurs, Dana Reitz, Sara Rudner, Mérédith Monk…).

Plus tard, il étudie le Tai Chi, la technique Alexander, et la danse d’expression africaine avec Elsa Wolliaston.

Il chorégraphie, danse et enseigne depuis 1984 en France, en Europe et aux Etats-Unis et a collaboré avec des artistes comme Elsa Wolliaston, Jean-Claude Penchenat, Anne Theron, Redjep Mitrovitsa, Laura Sheelen, Claude Barthelemy, John Scott, Meredith Monk…

Parmi ses spectacles :  Les zonards célestes  (1986),  Le retour de tintin  (1987), L’élégance des poissons (1987), Le ciel de mousson (1989), Conversation imaginaire (1991), Paris-Pérec (1993), Ici, ils ont dansé  (1994), La danse de l’outrage (1996), l’être de zombie city (1997),  à incandescence  (1998),  La danse des mots  (2001).

De 2001 à 2004, il mène le projet Mémoire vive autour de 3 chorégraphes disparus : Jerome Andrews, Jacqueline Robinson et Karin Waehner (2002 à 2004). En 2006 il créé La Déconstruction du lego™ , dans le cadre du festival Faits d’hiver – danses d’auteurs.

En 2015 il crée « La collection Lise B », une installation performative des archives de la journaliste de danse Lise Brunel, une exposition et un spectacle (La Briqueterie – CDC du Val-de-Marne, Théâtre Paul Eluard / Bezons, Les Quinconces – L’espal / Le Mans


Elles sont là… de Romain Panassié

Chorégraphe : Romain Panassié
Interprètes étudiantes des RIDC : Doreen Aziale, Marie Bouvier, Laura Cortes, Julia Donzillo, Emilie-Julie Facon, Cléa Hourant, Ava Misset , Emma Muller, Ledjane Nascimento Santos, Sophie Palmer, Jeanne Prud’Homme, Camille Roulin, Morgane Stephan
Durée : 12 minutes

 » Elles sont là…

Pour cette création, nous avons exploré différents processus de composition, comme autant de règles du jeu possibles. Nous avons goûté diverses manières d’entrer en relation avec une musique, cherchant à dialoguer avec elle comme avec une amie, ou une sœur. Nous avons essayé, observé, écouté comment nos gestes et leurs saveurs, leurs couleurs pouvaient habiter le silence.

Et maintenant ?

Notre jeu, au final, est devenu assez complexe. Mais il n’est pas nécessaire d’en connaître toutes les règles pour en profiter. Être là, simplement, pour partager un morceau de temps et un bout d’espace. Tant qu’il y a de la joie, sûrement du plaisir, peut-être de la poésie et un brin de folie… alors, on danse !  » R.P

 

Biographie de Romain Panassié

Danseur, pédagogue, chorégraphe et notateur Benesh.

Il est diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, en danse (2005) et en notation du mouvement (2006). Il danse du répertoire d’Hervé Robbe, Pedro Pauwels, Angelin Preljocaj, Dominique Bagouet… et participe aux créations de Paco Decina, Jean Alavi et Marie-Laure Agrapart.
Depuis 2006, il a été interprète pour Maryse Delente, Marc Vincent, Florence Pageault, Nathalie Adam, Martin Kravitz, Jean Guizerix, Olivier Bioret, Cécile Bon, et Béatrice Massin.

Il chorégraphie deux solos Diamonds and Rust et Ballata Nuova, une pièce pour cinq danseurs Quintuple, co-signe des duos avec Nans Martin Frères de Jeux et Fabien Monrose 22222222222…, et deux pièces dans le cadre de la Compagnie Maître Guillaume DuoS et Six Voix Douze Pieds. Depuis 2012, il chorégraphie également pour des élèves de conservatoires (Argenteuil, Montpellier), en mêlant pédagogie et création.

Titulaire du Diplôme d’État de professeur de danse, il donne régulièrement des cours et ateliers de danse contemporaine, et collabore avec Sophie Rousseau pour des cours de formation musicale, des ateliers d’écriture chorégraphique, et l’animation de bals tout public.

Parallèlement son parcours d’interprète et d’enseignant en danse, il a noté Bref séjour chez les vivants (2008) d’Hervé Koubi, Une danse blanche avec Éliane (1980) de Dominique Bagouet et, en binôme avec Marion Rosseel, Le Roi des bons (1989) de Bernard Glandier, recréé en 2011 par Sylvie Giron. Il a remonté d’après partition, dans divers cadres pédagogiques, des pièces ou des extraits de pièces d’Angelin Preljocaj, Dominique Bagouet, Merce Cunningham, Andy Degroat, Thierry Malandain.

Il est membre fondateur du Centre Benesh et du conseil artistique des Carnets Bagouet.

Depuis 2012, il suit la formation diplômante en Analyse Fonctionnelle du Corps dans le Mouvement Dansé au CESMD de Poitou-Charentes.


Improvisation de Marina Rocco

Projet menée par Marina Rocco du CND
Interprètes :  Jeanne Borgel, Fanny Dubois, Ulysse Dubonnet, Théo N’Diaye, Octave Novel, Kyliam Robinet, Anaïs Rouas, Clémence Roussel, Léo Sallé , Ambre Treguer
Musicien : Matthieu Lecoq
Durée : 12 minutes

Improvisation par un groupe de jeunes danseurs âgés entre 12 et 15 ans, qui suivent les classes d’application au CND de Pantin, en danse contemporaine, avec Marina Rocco.

Le groupe participe à l’atelier d’improvisation hebdomadaire et bénéficie de la présence ponctuelle de danseurs professionnels, musiciens, plasticiens…


Frère et soeur – Mother’s spirit de Nicole Ponzio et Marelin Nyakam

Chorégraphes, chanteurs et interprètes : Nicole Ponzio et Merlin Nyakam
Texte : Arielle Bloesch
Musique : Jean-Paul Buisson
Lumières : Walter Pace
Assistant : Béné Borth
Production : Cie Les Milles Saveurs
Soutien : ville des Mureaux
Durée : 20 minutes

Un frère et une sœur se retrouvent après des années de séparation suite au décès de leur mère.

A travers la danse, les mots et les chants, les artistes vont chercher à donner corps aux personnages, suggérer les coutumes de cette famille dans laquelle chacun peut se retrouver quel que soit son origine. Grâce à une construction chorégraphique faite d’images, de paroles ou de chants évocateurs, le thème est transposé pour permettre l’imagination du public.

La pièce ne distingue pas la couleur de la peau. A l’heure où chacun revendique sa différence, nous avons choisi de l’ignorer. D’emblée, le spectateur est amené à accepter naturellement les interprètes comme deux membres d’une même famille.

 

Biographie de Nicole Ponzio

Née en 1963 à Lausanne en Suisse.

Danse et théâtre amateur en Suisse de 1967 à 1983.

Arrive à Paris en 1983, elle suit les cours « acteur-créateur » selon la méthode d’Alain Knapp et les cours d’initiation de l’Ecole Jacques Lecoq. Après une année de théâtre, elle décide de suivre la formation de Françoise et Dominique Dupuy en danse contemporaine.

Elle collabore avec Pierre Doussaint, aux projets scéniques, pédagogiques et événementiels de sa compagnie de 1988 à 2013, ainsi qu’avec Nathalie Tissot.

Depuis 1998, elle collabore avec Jean-Luc Gesquière  en tant que chorégraphe, danseuse et comédienne dans les spectacles de sa compagnie. Ensemble, ils ont créé Managroup, une compagnie amateur mêlant danse et théâtre, personnes en situation de handicap ou non, toutes générations confondues.

Elle voyage au Bénin depuis 1991 et développe avec Vincent Harisdo (chorégraphe franco-béninois) la relation danse africaine/danse contemporaine au travers de stages et de créations en France, en Italie et au Bénin. Elle rencontre Blandine Yaméogo lors d’un voyage au Burkina Faso. Elle est professeur de danse contemporaine dans la formation proposée par Georges Momboye et rencontre ainsi grand nombre de danseurs afro-contemporains, dont Merlin Nyakam.

Elle crée en 2010 avec Béné Borth, la compagnie Les Mille Saveurs mettant l’accent sur le croisement des arts et la formation.

Elle enseigne régulièrement à micadanses et au Studio One Step à Paris. Elle est également professeur de danse au Conservatoire Gabriel Fauré des Mureaux, ville dans laquelle elle s’implique en tant qu’artiste et formatrice depuis de nombreuses années.

 

Biographie de Merlin Nyakam

Danseur, chanteur, comédien, chorégraphe et metteur en scène, il danse depuis l’âge de 5 ans, intégre le Ballet national du Cameroun à 14 ans et devient danseur étoile à 16 ans. Il arrive en France en 1992.
Merlin « l’enchanteur », est professeur de danse africaine et afro-contemporaine de renom. Il enseigne aussi bien auprès de jeunes que d’adultes, d’amateurs que de professionnels, en France et à l’étranger.

Danseur et interprète pour diverses compagnie, il parcourt le monde depuis plus de vingt ans avec la compagnie Hervieu/Montalvo.

En tant que chorégraphe il créé une dizaine de spectacles dont Organicus avec les danseurs du ballet national du Caméroun et Et am. avec sa compagnie la Calebasse.

Merlin obtient plusieurs prix et distinctions tel que le Prix d’excellence abok, en 2012 pour son œuvre immense en faveur du développement de la danse à travers le monde, discerné par le Ministère des Arts et de la Culture du Cameroun et le Festival International des danses et de percussions abok ingoma.

Également chanteur, il a sorti plusieurs albums dont Temde tchoube, métisse en bamiéké et collabore régulièrement avec Manuel Wandji.

 

Biographie d’Arielle Bloesch

Après les cours de l’Ecole Jacques Lecoq (1983-85), et ceux de la Belle de Mai (1985-87), Arielle Bloesch suit un parcours de comédienne en interprétant notamment des pièces d’auteurs contemporains, des créations et des montages, ou des classiques, sous la direction de M. Attias, J.Y. Lazennec, F. Pierson, J.C. Grinevald, R. Vaillant, C. Riboli, J.M. Rabeux ou A. Steiger.

Elle s’oriente ensuite vers la mise en scène et la pédagogie et crée en 1988 avec Régis Vaillant le Metithéâtre. Depuis 1988, elle enseigne le théâtre à Paris, en région parisienne, en Suisse et en Martinique.
Elle écrit des nouvelles Maman Louis édité par la revue [VWA] en 1988, Pelican is watching you et des pièces de théâtre Sempach, Tra Lala Boum- Boum.

En 2000, elle s’installe en Martinique où elle développe son écriture. Sa pièce Port d’âmes est primée en 2004 par le 1er concours d’Etc_Caraïbe. Elle est publiée en 2005 par les Editions Lansman. Depuis 2004, elle chemine avec Etc_Caraïbe comme dramaturge et de 2005 à 2007, comme Interface auteurs sur toutes les actions organisées par l’association sur la Martinique.

Elle collabore depuis 2008 avec la compagnie Les enfants de la Mer.

En 2009, elle crée en Martinique la Compagnie Les Berlick.

En octobre 2010, elle met en scène La nuit caribéenne, la première pièce d’Alfred Alexandre au CMAC-Scène nationale de Martinique. En 2014, elle bénéficie d’une résidence d’écriture à la Maison des Auteurs aux Francophonies de Limoges.

 

Biographie de Jean-Paul Buisson

Pianiste, ingénieur du son, électronicien, informaticien, Jean-Paul Buisson compose des musiques composites dédiées au concert, à la danse contemporaine, aux arts plastiques, au cirque, au film d’art et essai ou expérimental, au théâtre contemporain, aux performances pluridisciplinaires . A composé une dizaine d’œuvres pour le chorégraphe Pierre Doussaint.

Compose aussi pour piano à deux et quatre mains, quatuor à cordes, à vents, saxophone et percussions.
Interprète de ses propres compositions, joue aussi la musique de Steve Lacy, György Kurtág, Morton Feldman, Luciano Berio, Georges Crumb, Little Bob, Captain Beefheart… Donne plus de mille concerts, de quatre-vingts musiques de scène, deux-cents sonorisations de films, de nombreuses performances, en des lieux très divers, des squats les plus interlopes aux scènes les plus officielles .

Co-fondateur de l’Atelier de Musique du Havre, co-organisateur d’un festival annuel de musique contemporaine au Havre, en collaboration avec le collectif PiedNu.

Site internet

 

Biographie de Béné Borth

Artiste jongleur, il acquiert sa formation initiale à l’Ecole de cirque “die Etage” à Berlin et entre ensuite au Centre National des Arts du Cirque de Châlons en Champagne. Il en sort avec un spectacle de fin d’année mis en scène par François Cervantès. Co-fondateur de la compagnie Mauvais Esprits, il tournera pendant trois ans le spectacle .

De 1996 à 2013, il travaille comme interprète au sein de la compagnie Pierre Doussaint/Les Acharnés et collabore à la mise en place de projets danse et cirque en France et en Allemagne, ainsi qu’avec Nathalie Tissot, cie Kor-Agma.

Parallèlement, il développe un travail de recherche sur les liens entre la danse et le jonglage. Ce qui l’a amené par exemple à préparer au travail corporel et à la manipulation d’objets, l’acteur Vincent Perez pour le tournage du film Fanfan la tulipe.

Il a colloboré à la mise en scène des spectacles de la compagnie Héliotropion.

En 2005, en Allemagne, avec Zirkus Compagnie Forma, il crée Un morceau de ciel dans la main, spectacle de cirque, théâtre, chant et musique.

Depuis 2007, il est pédagogue et créateur au sein de l’Académie Fratellini.

En 2010, il fonde la compagnie Les Mille Saveurs avec Nicole Ponzio.

 

Biographie de Walter Pace

Attiré très tôt par les métiers du spectacle, il se forme parallèlement à la musique (percussion, niveau supérieur) et aux techniques du spectacle vivant.

Nommé responsable technique du service culturel de la ville de Bourges en 1983, il encadre les manifestations organisées par la municipalité (programmation du théâtre municipal ; le Printemps de Bourges ; manifestations de rue et de plein air…), après avoir été régisseur durant plusieurs années sur ces évènements.

Depuis 1986, il participe en tant que responsable technique, éclairagiste et scénographe, à de nombreux projets artistiques de formes d’expressions diverses.

En 1992, avec la danseuse et chorégraphe Yano Iatridès, il fonde le Groupe Ecarlate (recherche théâtrale et chorégraphique, axée sur le rôle et la responsabilité de l’artiste dans la société contemporaine), qu’il codirige pendant trois ans.

Titulaire du diplôme de chef de service sécurité, il intervient dans le cadre de manifestations publiques, il rédige les dossiers de sécurité et veille à l’application de la règlementation dans les établissements recevant du public (ERP).

Titulaire d’un master d’administrateur de spectacle vivant (Greta Arts appliqués) depuis 2010, il met ses nouvelles compétences au service de projets créatifs et innovants.

Parallèlement à son activité artistique, il collabore en tant que consultant à la réhabilitation ou la création d’équipements culturels.

 

Compagnie Les Milles Saveurs

La compagnie Les Mille Saveurs a vu le jour suite à une longue collaboration entre Béné Borth, artiste de cirque, et Nicole Ponzio, artiste chorégraphe. Ils se sont rencontrés en 1993 au Centre National des Arts du Cirque pour le spectacle Dialogues sous chapiteau, chorégraphié par Pierre Doussaint pour la 6ème promotion du CNAC et sa compagnie. S’en suit un compagnonnage de plus de vingt ans avec le chorégraphe et sa compagnie.

En 2010, ils montent leur propre compagnie Les Mille Saveurs : leur premier duo La Bise du Sud a été créé pour le Festival des Divinités Noires au Togo, décembre 2011.

On peut voir dans leur initiative, la volonté de mettre en valeur « les mille saveurs » des rencontres artistiques… danse, cirque, théâtre, musique… des échanges qui bouleversent les acquis tout en permettant de les défendre.

Rencontrer différents artistes, partager les savoirs, créer ensemble, c’est ce que Nicole Ponzio a toujours vécu et recherché. Aujourd’hui, cette nouvelle création est le fruit de nombreuses années de travail et de rencontres avec des artistes en Afrique ou venus d’Afrique. Avec Merlin Nyakam, elle trouve un partenaire avec lequel elle peut s’engager dans une recherche contemporaine tout en respectant les origines traditionnelles de ce dernier. Autour d’eux, des alliés de toujours, Béné Borth complice de la création, Walter Pace à la lumière et Jean-Paul Buisson, compositeur.

Béné Borth et Nicole Ponzio sont également pédagogues. Ils proposent ateliers et stages dans les domaines du cirque et de la danse. Ils s’adressent aussi bien à des néophytes qu’à des experts. Leur enseignement repose moins sur la technique crue que sur le développement personnel de l’élève et s’il le souhaite, son accompagnement dans la voie artistique. Ils travaillent dans des écoles de cirque et de danse, avec l’éducation nationale, de la maternelle au lycée, avec des personnes porteuses de handicap ou en situation difficile, avec des amateurs ou de futurs professionnels… Ils enseignent séparément ou ensemble, alliant la danse et le cirque.


BOLERO BOLERO BOLERO pour 1 performeur de Louis Barreau

Chorégraphe et interprète : Louis Barreau
Musique : Boléro de Maurice Ravel
Costume : Lawrence Vial et Louis Barreau
Production : compagnie danse louis barreau – association 22|15
Soutien et accueils en résidence : La Briqueterie – Centre de Développement Chorégraphique du Val-de-Marne, La Fabrique – Laboratoire(s) Artistique(s) – Centre culturel de développements et d’initiatives artistiques de la Ville de Nantes
Ouverture studio à destination de publics lycéens au studio du Manège, scène nationale Le Grand R.
Interventions pédagogiques au Lycée Pierre Mendès – classes spécialité danse
Durée : 23 minutes

Une brève phrase chorégraphique est composée à partir de l’ostinato rythmique sur lequel se base l’ensemble de la partition musicale du Boléro de Ravel. Cet ostinato, construit sur deux mesures, se répète inlassablement jusqu’à la fin de la partition. La phrase chorégraphique, toujours fondée sur le module rythmique de base du Boléro, se développe rigoureusement de façon cyclique et accumulative, via des modalités établies par une grille partitionnelle. La partition constituée guide et construit la substance chorégraphique du solo qui s’édifie et se transforme en elle-même, comme prise dans une spirale, à mesure que ses composantes gestuelles, spatiales et dynamiques se déclinent en progression ou en rétrospection.

BOLERO BOLERO BOLERO pour 1 performeur travaille les processus de déplacement du fragmenté au global : une phrase modulaire et sans cesse réinitialisée petit à petit s’assemble, se dépose, se dilate et devient une, se fait elle-même essence. Il s’agit, au fil de la performance, d’opérer un processus de rassemblement du corps pour permettre un accès à l’être, en passant de répétitions précises et définies à une forme de distillation dramaturgique et chorégraphique, faisant de la phrase un seul et même mouvement. L’idée de la spirale prend une importance particulière, elle n’est pas présente esthétiquement dans les choix de composition spatiale mais réside au sein même du dispositif gestuel, donnant lieu à des jeux d’enveloppement et de développement incessants de la matière. La pièce se construit de lignes en lignes, de directions en directions, de strates en strates, puis (une fois tous les trajets parcourus) se retrace à l’envers, se fait retour. Elle est prolongée, raccourcie ; elle apprend à exister autrement, elle est rembobinée, tantôt s’enregistre et tantôt s’oublie. La phrase va et vient, va, vient et revient sur ses pas ; la danse tourne sur elle-même et se tourne vers le monde (vers le spectateur, à qui elle s’offre) à mesure qu’elle est performée, elle est ritournelle, c’est-à-dire répétition créatrice.

Le corps performatif se distille jusqu’à devenir une seule et minuscule goutte, le résultat de compositions et de décompositions, de plis, replis et déplis infinis. Il cherche son autonomie, entre don et résistance, entre désirs, élans et renoncements continus. D’abord corps d’allers et de retours horizontaux, il peut finalement se mettre en dépôt, s’inventer continuum entre le haut et le bas. Il investit silencieusement sa propre actualité, il travaille sa liberté intime et respire pour une liberté collective.

 

Biographie de Louis Barreau

Louis Barreau est chorégraphe et danseur. Issu d’une formation pluridisciplinaire au conservatoire de la Roche-sur-Yon (art dramatique ; musique – accordéon –  danse contemporaine et classique) et titulaire d’un baccalauréat littéraire enseignement de spécialité danse, il poursuit sa construction d’artiste de la danse au Trinity Laban Conservatoire of Music and Dance à Londres. Suite à ces enseignements, il crée en 2014 à Nantes la compagnie danse louis barreau et s’engage dans l’élaboration d’un projet chorégraphique et artistique qu’il souhaite développer et nourrir activement, dans le lien et la reconnaissance de l’autre.

Parallèlement, il poursuit aujourd’hui un Master de recherche en danse à l’Université Paris 8, en deuxième année.

En 2015, après deux résidences de création à la Briqueterie – CDC du Val-de-Marne, ainsi qu’à La Fabrique – Laboratoire(s) Artistique(s) à Nantes, il finalise sa première création chorégraphique BOLERO BOLERO BOLERO pour 1 performeur. En 2016, cette création est partagée dans le cadre d’une ouverture studio à destination de publics lycéens, dans le studio du Manège, à la Scène Nationale Le Grand R. Cette présentation a lieu dans le cadre d’interventions auprès de classes spécialité danse du lycée Pierre Mendès France en Pays-de-la-Loire.

La pièce goodbye for now (2014), chorégraphiée à Londres pour la comédienne Marion Solange Malenfant, est d’autre part recréée en 2015 dans le cadre du festival SPOT à Nantes.
L’intérêt de Louis Barreau pour les questions de composition chorégraphique – mises au travail à la fois à travers la pratique et la théorie – est central dans ses investigations. Celui-ci s’affirme au fil de sa formation à l’école Laban où son travail est reconnu et apprécié pour ses qualités esthétiques et dramaturgiques, sa précision compositionnelle, ainsi que pour la présence essentielle d’apports analytiques, notamment littéraires et philosophiques. Pendant trois ans, il étudie et approfondit à Laban certains principes fondamentaux de la danse et du mouvement tels que conceptualisés par les Choreological Studies, et développe ses qualités de danseur auprès de chorégraphes tels que Rosemary Butcher avec la création All that remains (2013) et Tony Thatcher avec Morriña (2014). Il reçoit une formation technique aux approches sensibles, se spécialisant dans les techniques classique, release, contact improvisation, Graham et Cunningham. Son diplôme lui est remis en 2014 avec la mention très honorable et les félicitations du jury, ainsi que l’attribution du prix d’excellence chorégraphique (Simone Michelle Award for Outstanding Choreography Achievement).

Parallèlement à son engagement au sein de la compagnie danse louis barreau, il danse également dans un solo de la chorégraphe Bernadette Gaillard – Compagnie Immanence, L’homme populaire, présenté en avant-première en novembre 2015 au conservatoire de la Roche-sur-Yon, et suivi d’une première en 2016 dans le cadre de la programmation de la scène nationale le Grand R.

Détails

Date :
08/04/2016
Heure :
15:00 - 16:00
Prix :
5€
Catégories d’Évènement:
,

Organisateur

studio Le Regard du Cygne
E-mail :
info@leregarducygne.com

Lieu

Studio Le Regard du Cygne
210, rue de Belleville
Paris,75020France
+ Google Map
Téléphone :
0143585593