Signes de Printemps – Lecture Chorégraphique – Entre musique et silence de Sophie Quénon | studio Le Regard du Cygne
Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Signes de Printemps – Lecture Chorégraphique – Entre musique et silence de Sophie Quénon

25/03/2016|18:30 - 19:30

Gratuit

© Claude Boisnard

Conception : Sophie Quénon
Lecture et présence : Benjamin Audouard
Photographie : Claude Boisnard
Soutiens et accueils en résidence : Ancien Hôtel du doyen Bayeux, Médiathèque de Falaise (14), studio Le Regard du Cygne
La Cie dernier soupir est associée aux Ateliers Intermédiaires, conventionnée par le Conseil Régional de Basse-Normandie, soutenue par la DRAC Basse-Normandie et le Conseil Général du Calvados.
Durée : 30 minutes

 

« Entre silence et musique,
Une voix, une danse en présence
Une lecture dans le goût du peu, du rien, du presque vide.
Une lecture paysage qui donne à voir et entendre
Une invitation à poser son regard, son écoute. »

À la source d’Entre musique et silence, il y a les paroles et les textes de Marguerite Duras.
Cette lecture chorégraphique est une proposition qui favorise le croisement entre plusieurs disciplines selon le format choisi. Un dispositif hors les murs (théâtres) s’adaptant aux lieux qui nous accueillent. De la lecture- danse à l’installation avec la plasticienne (lecture, danse, film, art plastique, photographie).

L’intention dans ce projet est créer un moment d’écoute et donner à entendre l’écriture de M. Duras. La danse y est peu bavarde, elle permet de poser son regard. Il s’agit de travailler sur la perception, créer un relais entre l’écoute, le regard, le silence : une rencontre sur un temps suspendu.

« A chaque seconde d’un déroulement, Être là
Ce silence complet qui s’éprouve
Entre un geste tenu de basculement
L’appui sur les pieds, le poids du visage, la pointe du coude ».

Sophie Quénon

La Lecture:

Avoir une certaine sérénité dans un état d’alerte pour entrer dans un territoire à la frontière de la musique et du silence. Prendre le temps de la tentative, celle de faire résonner les mots. Faire entendre chaque mot pour essayer de structurer un paysage sonore. Proposer un voyage à travers des fragments de textes de Marguerite Duras, aux travers des interstices pour tenter de faire surgir un autre sens. Une sorte de tricotage où l’on construit des ponts, des fenêtres, des espaces de passages, de frontières entre les textes. Et contempler, contempler les mots, les gestes, les musiques pour constituer des images comme un tableau mouvant.

Benjamin Audouard

 

Une exposition photo:

De la rencontre avec Claude Boisnard, photographe, est née l’idée d’associer autrement la danse et la photographie. Une rencontre miroir autour du solo, de l’autoportrait.

 

 

Biographie de Sophie Quénon 

« Si je regarde en arrière, je vois le chemin parcouru : il s’est fait au gré de rencontres, de choix, de passages, de désirs, de doutes, d’ignorance … d’apprentissages. Je cherche et continue d’avancer… Je cherche et parfois je trouve. » S.Q

Après un apprentissage en danse classique, s’oriente vers la danse contemporaine avec le sentiment d’être «chez soi»: moins d’images, plus d’intimité dans le corps et dans la pensée.

Formée par Christian Taulelle en classique et principalement par Peter Goss en contemporain. Interprète au sein du CCN de Nevers (Anne-Marie Reynaud), pour Philippe Decouflé (J.O d’Albertville) et diverses compagnies de théâtre (Théâtre de l’Astrakan / Médéric Legros, Théâtre Mégapobec / Jean Pierre Brière…). Rencontre l’improvisation avec Steve Paxton, Lisa Nelson et Simone Forti en 1998. Poursuit cette recherche avec Julyen Hamilton, Joao Fiadeiro. En 2009, elle croise Daniel Dobbels sur un stage, c’est bien.

Elle crée la Cie dernier soupir en 2002.

Titulaire du diplôme d’état, praticienne Feldenkrais (Paris V- Formation Accord Mobile, Mirjam Pfeffer) et Analyste fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé (Licence professionnelle Paris VIII et CND), elle poursuit parallèlement un travail de pédagogue.

A la recherche d’outils d’analyse du monde et des individus qui le composent, elle se sent nomade, quittant un territoire pour l’exploration d’un autre, sans cesse avec la pensée du mouvement.
En tant que chorégraphe, elle souhaite développer un travail autour de l’émotion, porté par l’inscription de l’individu dans sa relation au monde.

Les créations : Un bout d’humanité (2001) / Le miroir aux alouettes (2003) / Touché(e) ! Parole de danseur (2004) Ester (2005) / Avant d’être papillon (2006) Coproduction CCNC/BN / Un plus un plus une (2007) / Traces, … danser et dire (2008) / Chambres de Mémoires (2010) / Traces, nos écritures (2011) / M.E.S –mémoires en suspension (2012) / Lanternes en promenades (2012) / Drôle d’oiseau (2014).

 

Biographie de Benjamin Audourad

Benjamin Audouard a étudié les Arts du spectacle à l’Université de Caen de 2009 à 2012. Durant ces trois ans, il a pu aiguiser au fur et à mesure son regard critique, et affirmer son point de vue.
En 2011, il assiste le directeur artistique, Jean Lambert-Wild, à la mise en scène de War Sweet War durant deux mois.

Fin Mars 2012, il fait la rencontre de l’équipe de l’Open Program du Workcenter de Jerzy Grotowski et a participe au workshop, dirigé par Mario Biagini. Il décide de le poursuivre durant un workshop organisé, en fin d’année 2012, à Paris. Il participe également durant un stage de clown, dirigé par Serge Poncelet (ancien comédien du théâtre du soleil).

En 2013, Il met en scène Interlude, spectacle lauréat des Fous de la Rampe (festival de théâtre) qui s’est joué au Théâtre des Cordes de Caen. En 2014, il joue dans la saison Hors -les-murs du Théâtre de Caen et le CDN de Rouen dans le cadre du festival Les Pluriels, et devient compagnie associée des Ateliers Intermédiaires la même année.

En 2015, il devient assistant à la mise en scène d’Emmanuel Gilleron (Max et Maurice) dans le cadre d’un compagnonnage. Il prépare pour la saison 2015-2016, un projet Paradeisos autour de l’Estuaire de l’Orne, son histoire, la faune et la flore qui l’entoure. Un laboratoire est en marche pour sa prochaine création Homo Sapins.

Parallèlement, il écrit et expérimente un travail de plasticien et de performance.

 

Biographie de Claude Boisnard

Claude Boisnard consacre une grande partie de son activité photographique aux arts vivants (surtout aux temps de répétition) et particulièrement à la danse. Il s’agit de saisir la danse comme une pratique artistique et un travail. Il utilise la photographie comme un outil privilégié pour tenter de rendre compte de temps de création, cherchant à restituer quelque chose de l’articulation de l’instant, du mouvement, de l’intention et de l’énergie, tels que les danseurs et les danseuses les déploient sur un plateau.

Site internet

Détails

Date :
25/03/2016
Heure :
18:30 - 19:30
Prix :
Gratuit
Catégories d’Évènement:
,

Organisateur

studio Le Regard du Cygne
E-mail :
info@leregarducygne.com

Lieu

Studio Le Regard du Cygne
210, rue de Belleville
Paris,75020France
+ Google Map
Téléphone :
0143585593