Signes d’Automne – Spectacles Sauvages | Le Regard du Cygne
Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Signes d’Automne – Spectacles Sauvages

16 novembre|15:00 - 16:00

|Récurrent Évènement (Voir tous les événements)

One event on 16/11/2018 at 19:30

5€

Plateau partagé de formes courtes

Des artistes jeunes ou confirmés font le choix de la mise en danger, de la prise de risque artistique, de l’expérimentation. Avec des formes courtes et extraits bruts, leurs talents s‘exposent sur notre plateau pendant ces deux jours de rencontres ludiques et chorégraphiques.

I am not an angel d’Andrea Sitter et Flora St. Loup

Chorégraphe et interprète : Andrea Sitter
Compositeur, pianiste et vocaliste : Flora St. Loup
Production : Die Donau, S.E.S.T (Allemagne), Soulier Management (Autriche), La Guillotine
Die Donau est aidée par le Ministère de la Culture, DRAC Grand-Est
Durée : 15 minutes

I am not an angel, je ne suis pas un ange, voilà qui est dit. Entre soupirs et tempête, en s’interrogeant sur les rapports de forces, et les rapports de non-force, une chorégraphe-poétesse-danseuse et compositrice-pianiste-vocaliste composent un opéra à deux corps. Humaines trop humaines, profondément présentes, elles font frémir leurs identités.

ANDREA SITTER danse dès l’âge de 5 ans. Singulière, elle est marquée par une triple ambivalence : culture française et germanique, technique classique et contemporaine, danse passionnée et jeu d’actrice. À 5 ans elle aussi, FLORA ST. LOUP apprend le chant et le piano et se lance dans un foisonnant parcours musical, en France et en Europe.

180#2 de Julie Richalet et Théo Marion-Wuillemin

Chorégraphes et interprètes : Julie Richalet et Théo Marion-Wuillemin
Création sonore : Benjamin Bailly
Scénographe : Margaux Hocquard
Production : Compagnie Les Sept Marches
Durée : 15 minutes

Dans les salles fastueuses du Musée des Beaux-Arts de Lyon, Théo Marion-Wuillemin et Julie Richalet commencent une recherche traversée par les peintures qui habitent cet espace. Aux tableaux du 17ème siècle, à Rubens et Le Sueur, le duo emprunte ses couleurs surabondantes et ses corps entassés, enlacés. Liés l’un à l’autre, leur danse se confine, s’arme de désirs et se plie aux forces extérieures.

THÉO MARION-WUILLEMIN et JULIE RICHALET se rencontrent lors de leurs études au Conservatoire National Supérieur de Lyon. Issus de la même promotion, au cours de leur année au Jeune Ballet ils créent un duo Bach two Bach pour la pièce d’Abou Lagraa. De cette expérience naît le désir de poursuivre leur collaboration.

SURE d’Amalia Kasakove et Anna Lea Ourø

Chorégraphes et interprètes : Amalia Kasakove et Anna Lea Ourø
Durée : 15 minutes

À la recherche d’un lieu de repos, intéressées par le glissement des émotions sur les corps et la fuite des évènements dans le monde contemporain, les deux jeunes chorégraphes scandinaves signent un tout premier travail empreint de fraîcheur. Sans pour autant prétendre que tout va bien, la tendresse de leurs mouvements se déploie dans la petite bulle d’indifférence qu’elles parviennent à créer ensemble.

AMALIA KASAVOKE est finlandaise, Anna Lea Ourø vient du Danemark. Elles se rencontrent à la Danish National School of Performing Arts avant de terminer leurs études de danse par une résidence à Paris où elles commencent à travailler les prémices de leur écriture chorégraphique.

VINCERE d’Émilie Philippot

Chorégraphe et interprète Émilie Philippot
Regard extérieur Marion Camy-Palou
Création sonore Charlotte Boissellier
Remerciements : Mathilde Denize, Eric Bauer, Thomas James, Loïc Touzé
Soutiens : Ménagerie de Verre, studiolab- Paris, Centre National de la Danse, Forum Dança
Durée : 15 minutes

Dans un solo planté dans le présent et dans le sol, Émilie Philippot entre dans l’arène. Elle déplace l’impuissance en dérives et convoque les rapports de dualité pour les transformer en solitudes. Les figures traversent l’espace comme un somnambule chercherait un lieu de repos. VINCERE avec l’épuisement comme ressource et l’urgence comme moyen, joue avec les apparences pour tenter de traverser les peurs.

Diplômée de l’école des Beaux-Arts de Nantes, ÉMILIE PHILIPPOT suit ensuite une formation à l’enseignement du Yoga Ashtanga. En 2015 elle s’oriente vers la chorégraphie en participant au programme d’études recherche et création Forum Dança à Lisbonne où elle commence à développer ses propres créations.

Détails

Date :
16 novembre
Heure :
15:00 - 16:00
Prix :
5€
Catégories d’Évènement:
,

Organisateur

Le Regard du Cygne
E-mail :
info@leregarducygne.com

Lieu

Le Regard du Cygne
210, rue de Belleville
Paris,75020France
+ Google Map
Téléphone :
0143585593