Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

Fin de résidence, Mise en ligne 1

Fin de Résidence

Mise en ligne 1
de Nathalie Collantes

jeudi 11 avril 19h30

Chorégraphe Nathalie Collantes
Interprètes Nathalie Collantes, Julie Salgues
Site internet Nicolas Couturier et l’équipe de G.U.I.
Images/Son Valérie Lanciaux
Production Fanfare Blême
Coproduction CDC Paris Réseau
Avec le soutien du DRAC Ile-de-France, DGCA, CND, La Ménagerie de verre

[divider_padding]

Mise en ligne 1 ouvre une série de rendez-vous programmés par le CDC Paris Réseau.

Tout au long de l’élaboration de La Mémoire Courte / Le Projet Robinson, l’équipe de création révèle des aspects particuliers de ce double projet, chorégraphie et site internet.

Celui-ci s’appuie sur vingt heures d’entretiens réalisés en 1999 entre deux artistes, Jacqueline Robinson et Nathalie Collantes. Un dialogue sur la danse qui se fait l’écho de seize années d’échange.

La présentation publique  met l’accent sur le croisement entre musiques et voix parlées. Les choix se portent essentiellement sur un répertoire de piano d’œuvres contemporaines et traditionnelles dont certaines seront jouées en direct.

Ce premier rendez-vous marque le lancement de la mise en ligne du site internet.

Un double projet

Il s’agit de mettre en jeu deux axes parallèles. D’un côté une création chorégraphique appelée La Mémoire Courte, de l’autre, la création d’un site internet, Le Projet Robinson, qui met en jeu des paroles sur la danse. Certains éléments et principes du site accompagnent le projet scénique, réciproquement, des danses du projet scénique s’affichent en fonction des activations sur l’écran des internautes.

La Mémoire Courte

La Mémoire Courte est nourrie du contexte de recherche et réflexion initié par les entretiens filmés. Actuellement nous élaborons deux partitions chorégraphiques qui peuvent se jouer ensemble ou séparées. Chaque interprète met en jeu des qualités de présence différentes et tisse le fil d’un cheminement propre. Dans ce projet la répétition des gestes tient une place importante, elle participe à l’effacement des signes alors qu’elle tend à en inscrire les repères… Nous imaginons la représentation comme le voisinage des danses et des mots, mais également des danses entre elles. Nous construisons néanmoins un duo où nous sommes réellement et potentiellement le témoin de l’autre.

Nous élaborons également un corpus de danses basées sur des systèmes de déplacements créant des « aires de jeux », des ritournelles chorégraphiques. Les danses sont filmées et permettent de démultiplier les espaces, les versions d’un même module dansé ; elles sont reflets, dédoublement d’interprète. Échos d’actions engagées sur scène ou refrains dansés, ces images, tout comme la danse, rivalisent avec les flux de la parole, les notes de musiques, les bruits, les souffles d’actions.

Un système de diffusion aléatoire des danses filmées et des images des entretiens est travaillé pour le spectacle. Sur scène les éléments enregistrés côtoieront les corps présents activant un dialogue « vivant » entre danses, mots, états, mémoires.

Mise en ligne 1, 2, 3…

Parallèlement à l’échelonnement de la mise en ligne du site, nos partenaires du CDC Paris Réseau reçoivent chacun des aspects inédits du travail. Chaque Mise en ligne offre un objet spécifique lors d’une rencontre publique. Le lieu, le contexte de la soirée ouvriront la voie de certains développements qui ne seront pas nécessairement ceux du spectacle La Mémoire Courte. Parallèlement, chaque rendez-vous est l’occasion de donner accès à une nouvelle étape de la mise en ligne du site Le Projet Robinson.

Le Projet Robinson

Je souhaite engager l’écriture de la pièce La Mémoire Courte conjointement à la construction du site Le Projet Robinson pour que les deux objets puissent s’enrichir de l’apport de l’autre. Mettre donc à profit le travail du webdesigner, en parallèle à la chorégraphie, pour organiser les éléments de la pièce et ceux du site. Pourquoi un site ? Peu de témoignages existent aujourd’hui sur la danse qui précède sa reconnaissance institutionnelle en France dans les années 80.

Si je me suis orientée vers la création d’un site, plutôt que vers la réalisation d’un moyen métrage documentaire, c’est qu’il me semble important de ménager un accès exhaustif à ces entretiens. En effet, il faut pouvoir donner à entendre les caractéristiques de l’échange, ce que les questions supposent, les implicites dans les réponses, ainsi que les refus, les analyses au présent qui est déjà passé… De plus, les entretiens se répondent de semaines en semaines et plutôt que d’opérer des rapprochements fixés dans un montage, il me semble important de les rendre seulement possibles. Le site sera cet espace en mouvement, mis à jour régulièrement par des paroles plus récentes et enrichi par des danses. Il permet d’activer une mémoire sans pour autant la sacraliser.

L’objectif de notre projet est de mettre à disposition d’un public large des extraits d’entretiens entre une jeune chorégraphe et une pionnière de la danse moderne en France. Les échanges filmés sont courts, ils ont pour sujets des questions relatives à la danse. Ils sont accessibles via un site internet, en mesure d’accueillir des contributions nouvelles suite à la consultation de ces extraits.

[divider_line]

[toggle title= »Biographie Nathalie Collantes »]Nathalie Collantes danse sept ans principalement avec Christine Gérard, Daniel Dobbels et Odile Duboc. Dès 1992 elle fonde sa compagnie et crée depuis ses propres chorégraphies. Elle co-écrit deux livres sur la danse adressés aux enfants et crée « Une danseuse dans la bibliothèque ». Elle utilise l’image vidéo comme espace de représentation et de recherche. Filmer lui permet d’enregistrer les étapes qui conduisent ses créations. Les courts montages que l’on retrouve dans ses spectacles constituent une sorte de sédimentation temporelle de la démarche. C’est à chaque fois l’occasion, pour elle, de dessiner le portrait de ses partenaires.[/toggle]

[toggle title= »Biographie Julie Salgues »]Julie Salgues suit une formation en danse au Conservatoire National Supérieur de Lyon. Elle est titulaire d’un master au département danse de l’université de Paris 8. Elle est danseuse interprète pour Philippe Saire, Brice Leroux, Odile Duboc, Dominique Brun et Myriam Gourfink. Depuis 2000, elle travaille tout particulièrement avec Nathalie Collantes et co-écrit avec elle : On danse ? publié aux Editions Autrement. Titulaire du diplôme d’État, elle conçoit des Ateliers du Regard qui questionnent la pratique du spectateur.[/toggle]

[toggle title= »Biographie Nicolas Couturier »]Formé à l’ESAA Duperré (Paris) et à l’ENS de Cachan, Nicolas Couturier est graphiste indépendant depuis 2005 et enseigne dans le DSAA créateur-concepteur à l’école Le Corbusier à Illkirch-Graffenstaden. Il forme g.u.i. en 2006 avec Bachir Soussi-Chiadmi. Il développe par ailleurs des activités diverses touchant à la danse et performance en participant à Bocal, projet de Boris Charmatz, entre 2003 et 2004 sur la question de la transmission de la danse, de scénographie avec Joris Lacoste (Purgatoire, 2007 et Le vrai spectacle, 2011) ainsi qu’en menant un travail sur la marche et le territoire avec Mathias Poisson.[/toggle]

 

 

[clearboth]