Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

Spectacles Sauvages

Spectacles Sauvages

Jeudi 22, vendredi 23 novembre 15h et 19h30

Formes courtes en danse contemporaine, extraits de spectacles, étapes de créations en cours…
Une formule ludique et surprenante pour échanger entre artistes, public et professionnels
Deux programmes en deux jours.

Tarif unique 5 €

[slideshow type= »anything » source= »{s:sauvages} » width= »600″ align= »left »]

[divider_line]

Jeudi au programme

© Hélène Harder

ATLAS(t) prélude

de Nikandre Guillaume Le Denmat / Abréactives zones

[list style= »list1″ color= »gray »]

  • Chorégraphe  Nikandre Guillaume Le Denmat
  • Interprète  Charles J.Essomb
  • Musique Miha Juthiaud
  • Soutien  Initiatives d’Artistes en Danses Urbaines, du CND, des Journées Danse Dense, de la Ville de Pantin, de RAVIV

[/list]

ATLAS(t) prélude, issu de la première partie de la prochaine création, traite de la métamorphose et de la notion de métissage, à travers les représentations sociales de l »ethnique, du genre. Le solo s’inspire entre autre de l’histoire et des principes d’un mouvement de danse urbaine : le Voguing. La pièce interroge la normalisation sociale du féminin et du masculin. Elle pose sur scène Le trouble dans le genre.

[toggle title= »Biographie Nikandre Guillaume Le Denmat »]Animé par le travail des formes et des matières, l’univers artistique de Nikandre Guillaume Le Denmat puise dans une formation pluridisciplinaire autour du costume, des arts plastiques, différentes techniques corporelles de l’acteur et de la danse contemporaine. Il inscrit ses chorégraphies dans des problématiques sociales, s’attachant aux représentations contemporaines et normatives de l’individu. Il conçoit l’univers esthétique de ses créations en recherche autour du rapport installation plastique / danse-performance physique. Il travaille avec des créations musicales originales, interprétées en live. Son écriture de la danse se nourrit d’une approche sensorielle des arts dramatiques, appliquée à la recherche chorégraphique dans une dynamique organique du mouvement. En 2010 il développe Throne, work in progress. Il crée en 2012 Pressions#1 pour les Incandescences et poursuit avec Pressions#2 à Bologne lors du perAspra festival V en investissant la Villa Aldrovandi Mazzacorati.[/toggle]

[divider]

© Arnaud Gilberton

Circulations

de Sébastien Ly / Cie Kerman

[list style= »list1″ color= »gray »]

  • Chorégraphe et interprète Sébastien Ly
  • Soutien de l’Espace d’Art Contemporain de Christian Aubert, DRAC PACA, Conseil Régional PACA, Conseil Général du Var, Mairie de Fréjus, Spedidam et Shopi

[/list]

Un espace vide qui vibre d’un silence plein.
Un corps en mouvement tout en élan et en retenue. Le corps matière se déploie au rythme de la respiration traçant, se lovant, fendant, s’enrobant. Solo en silence créé en résonance avec l’œuvre de l’artiste Soizic Stokvis, Circulations explore les métamorphoses du geste, des lignes en courbes, des cercles en traits.

[toggle title= »Biographie de Sébastien Ly »] Après une licence d »économétrie à l »Université des Sciences Économiques de Marseille, Sébastien Ly se forme au CNDC d »Angers. Il rejoint ensuite le CCN de Nantes sous la direction de Claude Brumachon. Puis il part pour Londres où il travaille une danse performative en interaction directe avec le public avec Punchdrunk Theatrical Experiences. De retour en France, il participe aux créations de la compagnie VMT, Chrystine Van Maerrem et Falvio Tortoli, et de la compagnie L »Estampe / Nathalie Pubellier. Il travaille aussi en danse baroque avec la compagnie Fêtes Galantes / Béatrice Massin. Sébastien découvre l »improvisation auprès de Martha Rodezno et poursuit cette recherche avec Dimitris Kraniotis et Christine Kono.
Il participe à des créations de théâtre avec la compagnie Un soir ailleurs et le collectif L’Enjeu a des ailes. En 2006, Sébastien signe S, première chorégraphie de la compagnie Kerman pour des musées, en résonance avec les arts plastiques.
 En 2012 Contes Éphémères est sa première création pour le plateau. Sébastien est titulaire du Diplôme d’État de professeur de danse contemporaine et propose des ateliers à divers publics.[/toggle]

[divider]

© Catherine Lenne

Cas de conscience

de Frédéric Werlé / Cie Iritis

[list style= »list1″ color= »gray »]

  • Chorégraphe et interprète Frédéric Werlé

[/list]

De l »idée à la réalisation d »un enchaînement chorégraphique où l »historique d »un plan séquence avec énonciation des influences.

[divider_padding]

[toggle title= »Biographie de Frédéric Werlé »]Après avoir vu le spectacle de Madame Butterfly au Théâtre de Metz, Frédéric Werlé entreprend une formation en danse avec Monsieur et Madame Auburtin à Metz, Madame Rosella Hightower à Cannes et Madame Viola Farber au CNDC à Angers. Il s’expose ensuite dans les compagnies de danse de Christophe Haleb, Marco Berrettini, Julie Dossavi, Mey-Ling Bisogno, Angelin Preljocaj, Philippe Decouflé, Système Castafiore, Règine Chopinot, Georges Appaix, Josette Baïz, Julie Desprairies et actuellement avec Agnes Pelletier ainsi que la Compagnie Art Macadam. Il chorégraphie pour et avec la Compagnie Iritis des spectacles vivants où l’écriture chorégraphique se laisse surprendre par de l’instantanée avec une quinzaine de créations dont dernièrement My Macbetish et Nijinskoff.

En 2006, il obtient le diplôme d’état en danse contemporaine. Frédéric Werlé invente et coordonne aussi des évènements comme Danse à tous les étages au Théâtre de L »échangeur à Bagnolet, Danse au sous-sol au TCD à Paris, Éventaire Cosmique pour le Festival de St-Denis et la Compagnie DCA, Macadam Apache pour la RN 2000, Galasystem avec le CND à Pantin, ainsi que des rendez-vous vidéographiques et dansants comme Les Bobines Du Jeudi en 2002 en tant que directeur artistique de la Chaufferie / DCA Philippe Decouflé à Saint-Denis et Mixture à La Chapelle Fromentin / BARC de 2006 à 2008. Il ne pourrait rien faire sans l’aide de Pierre Montessuit, Catherine De Guirchitch, Michel Rouillon, Eloïse Deschemin, Catherine Lenne, Manon Geffroy, Laure Renoud, Clémentine Maubon, Alessandro Sabatini, Josiane Touzain et Hélène Werlé.[/toggle]

[divider_line]

Vendredi 23 Novembre 15h et 19h30

 

© Lorena Dozio

The pleasure is mine

de Fernando Cabral / Cie Bagacera

[list style= »list1″ color= »gray »]

Chorégraphe et interprète Fernando Cabral
Regard extérieur Lorena Dozio et Amélie Gaulier
Création sonore  François Sardi Tarik
Scénographe Silvano Nogueira
Soutien CND, Ménagerie de Verre – Studiolab

[/list]

« En 2010, j »ai entamé une recherche autour de la construction de l »imaginaire masculin et de ses représentations, en utilisant comme moteur mes souvenirs des personnages de films westerns et de guerriers orientaux, ainsi que la figure du footballeur et celle de la danseuse de carnaval. En identifiant les dynamiques et les trajectoires du mouvement, je les pousse dans la répétition afin de les transformer, jusqu »à atteindre un état de corps modifié et l »extase du mouvement. »

[divider_padding]

[toggle title= »Biographie Fernando Cabral »]Interprète pour plusieurs années au Brésil et prix de meilleur danseur de la ville de Porto Alegre, en 2003, Fernando Cabral continue ses études en danse à Folkwang Hoschule et puis il intègre la formation Essais au CNDC d »Angers. En 2006, il crée le solo Mania de ser profundo…, avec l »assistance de Benoît Lachambre et de Lorena Dozio, pour avec le Programme Rumos Itau Cultural Dança de Sao Paulo. En 2008, Joao Fernando entame une collaboration régulière avec la danseuse Lorena Dozio, et ils créent la pièce Qui a besoin de réalité?. A la fin de cette même année, ils créent ensemble l »Association Bagacera pour la réalisation de leurs projets. En 2009, il part en Italie pour deux mois, où il fait deux longues résidences à Polverigi et à Anzio pour créér la performance Still Remember. Joao Fernando a travaillé comme interprète et a collaboré avec les chorégraphes Benoît Lachambre, Ambra Senatore, Nathalie Collantés, Helène Iratchet, Leandro Kees et Lorena Dozio; les metteurs-en-scène Thierry Bedard, Frédéric Moser et Philippe Schwinger et les artistes Emmanuelle Becquemin et Stéphanie Sagot. [/toggle]

[divider_line]

© Taira Restar

Terra Incognita

d’Aude Cartoux

[list style= »list1″ color= »gray »]

  • Chorégraphe et interprète Aude Cartoux
  • Regard extérieur Soto Hoffman G

[/list]

Qui-suis-je ? Quelle Terra Incognita ?

Cette pièce met en lumière des questionnements basiques et universels à travers un autoportrait  transformée fiction. L’intention est de jouer avec l’essence du mouvement dansé, parlé et chanté, pour rendre visible la part d’intime. Ici, la danse sert à dévoiler. L’artiste invite le spectateur et veut stimuler la résonance physique, émotionnelle et imaginaire en tout en chacun.

[divider_padding]

[toggle title= »Biographie d »Aude Cartoux »]De 1990 à 2006, Aude Cartoux tourne plusieurs pièces avec la chorégraphe Josette Baïz. En 2003, elle tombe amoureuse du Contact Improvisation et approfondit sa formation auprès de diverses improvisateurs et chorégraphes. En 2004, elle obtient son D.E pour l’enseignement de la danse contemporaine puis chorégraphie sa première pièce en 2006 e dans l »o-pièce pour deux sœurs. Elle se passionne pour la composition instantanée, et cherche comment rendre vivant et présent son Art. Par la suite, elle travaille en Belgique comme pédagogue dans les projets « Art à l’école » pour les Centres Dramatiques Pierre de Lune et le CDWEJ ; en tant qu’interprète pour les compagnies de danse Irene.K, Carmen Blanco Principal, au théâtre avec Sébastien Chollet et récemment avec Matters, un collectif interdisciplinaire de soundpainting. En 2010, elle se tourne vers Anna Halprin et s »immerge dans son travail. Depuis, elle est diplômée en Expressive Education and Art Therapy du Tamalpa Institute. Elle développe sa propre pédagogie en donnant des ateliers auprès de publics variés et pour diverses structures en France et en Belgique. En parallèle, elle poursuit sa recherche artistique seule et continue différentes collaborations.[/toggle]

[divider_line]

© Fabien Montes

Peuplements

de Flora Detraz

[list style= »list1″ color= »gray »]Chorégraphe  Flora Detraz
Interprètes Fiona McGown, Agathe Peyrat, Deelia Trévidic, et Juliette Vialle
Scénographe Camille Lacroix
Musique « Four Herrick Songs » de William Lawes, « Ket Kanon » de Gyorgy Ligeti[/list]

La pièce chorégraphique pour quatre chanteuses lyriques est conçue autour du désir de mêler étroitement voix et mouvements. Quatre corps évoluent dans un espace clos, se déplacent et agissent selon un certain nombre de règles strictes. Les voix se superposent, se répondent et les actions se répètent. Influencé en substance par l’univers du « Dépeupleur » de Samuel Beckett, le rythme des actions et des chants se confondent et les matières vocales et physiques s’imbriquent.

[divider_padding]

[toggle title= »Biographie de Flora Detraz »]Née en 1988, Flora Detraz se forme en danse classique et contemporaine au Conservatoire régional de Boulogne Billancourt jusqu’à l’obtention du prix. Elle suit deux années de classes préparatoires littéraires (Hypokhâgne et Khâgne) et obtient une Licence de Lettres Modernes. Elle poursuit sa formation de danseuse au sein de plusieurs stages au CND et à P.A.R.T.S. Après une année de Master en danse et philosophie, elle intègre la formation « de l’interprète à l’auteur » au CCN de Rillieux-la-Pape dirigé par Maguy Marin. Elle participe au laboratoire de recherche « Eat Grass » dirigé par Diane Broman à Ramdam (Lyon). En 2012, elle est interprète Aphrodisia de Cédric Cherdel et participe Ceux qui tombent de Camille Davin.[/toggle]

[divider_line]

© Christophe Couffinhal

Atravessando (extrait)

de Fanny Vignals / Cie Ona Tourna

[list style= »list1″ color= »gray »]Chorégraphe et interprète Fanny Vignals
Création musicale Sergio Krakowski [/list]

Traverser un pays… Se laisser traverser…

Absorbée par la trace de voyages, réminiscence de rituels traversés, une femme partagée résiste puis part. Au gré des eaux et des vents, des chemins et de leurs croisements, de ses propres désirs et délires, elle traverse « ses Brésils ». Elle converse avec ces tambours qui battent comme un cœur, qui nous relient et nous parlent comme si nous étions nés de leur peau alors que nous sommes nés de l’autre côté de la planète.

[divider_padding]

[toggle title= »Biographie Fanny Vignals »]Danseuse formée au Besso Ballet de Toulouse, au CNDC à Angers et auprès de nombreux chorégraphes, Fanny Vignals est depuis toujours passionnée par la musique et les cultures dites « traditionnelles ». Lors de nombreux voyages au Brésil, immergée dans la vie populaire et artistique, elle découvre la richesse des danses issues du Candomblé, culte afro-brésilien. En tant que danseuse-interprète elle traverse depuis une dizaine d’année le travail des compagnies CDL (Lisbonne), Cie Amazonia (Zürich), Cia Aerea de Dança (Rio de Janeiro), Cie Ô Zabumba, Cie Amanita Muscaria, Cie Prométhée, Cie Claudio Basilio, Cie Arcane, Frichti Concept et Zalindê. En 2000 elle crée le solo Rage et en 2001, Piyopiyo. Dès lors elle intègre le tambour et la voix à sa recherche chorégraphique. En 2009, elle crée la Cie Ona Tourna.[/toggle]   [divider_line]

©Eva Bernard

Just There

de Priscilla Newel

[list style= »list1″ color= »gray »]Chorégraphe Bill Young
Interprète Priscilla Newell[/list]

Traverser le Bay Bridge et tourner à droite ; continuer 3000 miles ; traverser le George Washington Bridge et tourner à droite. Vous êtes arrivé. Ce solo est un cadeau d’un danseur à un autre, un geste affectueux pour toutes ces années d’amitié en danse, des souvenirs de danses et une époque partagés, où il y avait peut-être une innocence mais certainement du feu. La nécessité de danser. Et l’immense plaisir de vieillir dans la danse.

[toggle title= »Biographie Priscilla Newel »]Priscilla Newell, après des études à Sarah Lawrence College, a commencé sa carrière de danseuse interprète à New York en 1979, dans une pièce de David Gordon pour ensuite rentrer dans la compagnie de Lucinda Childs. Avec cette compagnie, elle a souvent tourné en France et en Europe, et a également dansé dans la première reprise d’Einstein on the Beach, de Robert Wilson et Philip Glass, à New York en 1984. Elle est venue en France en 1985 pour danser avec Jean-Claude Gallotta, et y est restée pour danser ensuite avec Francine Lancelot, entre autres. Depuis une dizaine d’années, par le biais de son association, Les Nords Perdus, Priscilla construit des projets de danse avec des détenues, des personnes souffrant de handicaps physiques ou psychiques, adolescents autistes. Ces expériences ont été l’inspiration de plusieurs pièces : Quartier Femmes, Not for Unsteady Souls. Par ailleurs, elle enseigne le Tai Chi.[/toggle]
[divider_line]