Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

Édito

ÉDITO

Générations d’Automne

 

Ce festival est signé par Fabrice Dugied, chorégraphe et programmateur danse du studio Le Regard du Cygne, parti trop tôt. Toujours en deuil, nous mettons tout en œuvre pour poursuivre les questionnements sur la mémoire, la fragilité, le temps et la transmission qui l’ont toujours animé.

Sensibles au passage des saisons, nous vous contons cet automne des histoires de générations.

Le festival s’ouvre avec la fougue des Spectacles Sauvages où les artistes prennent le risque de présenter des créations en cours, des travaux d’école, des formes hors champ, parfois à la croisée des genres. Attentifs au mélange d’héritages et de nouveautés nous vous faisons la surprise d’une soirée partagée par deux figures majeures de la danse contemporaine en France : Françoise Dupuy et Régine Chopinot. Avec le même élan créateur elles présentent deux pièces tout aussi jeunes et fraîches.

Sophie Quénon, vous donne ensuite rendez-vous pour Quelque chose de très simple : une création qui flirt avec les mots de Marguerite Duras. Depuis plus d’un an, au studio, nous soutenons la recherche de cette chorégraphe qui navigue entre émergence et maturité. De part ses lectures et son exposition Olga Boldyreff ranime la mémoire de Sylvie Puiroux et fait dialoguer Gertrude Stein avec Isadora Duncan.

Lors de notre festival vous pourrez découvrir ou retrouver chacune des trois équipes artistiques soutenues en 2016 par le Paris Réseau Danse.
Avec Next couple, mélange de soli et de duos, Chloé Hernandez et Orin Camus nous emmènent dans leur romance.
Dans le cadre de répétitions publiques, Vania Vaneau, Anna Massoni et Sylvain Prunenec vous convient dans les laboratoires de la création chorégraphique. Les premières reviennent sur Ornement où leurs peaux deviennent parure et leurs mains bijoux. Puis, Zugunruhe, état d’agitation avant la migration, est le titre de la recherche que Sylvain Prunenec mène avec une jeune danseuse où ils explorent un entre deux : deux mondes, deux corps, deux impulsions.

Espace de possibilités niché dans les hauteurs de Belleville, au studio nous avons à cœur de donner la parole aux artistes à tout moment de leur parcours.
Quand les arbres dévoilent leurs branches, les artistes eux, vous révèlent leurs danses, vibrantes, malicieuses, ou suaves.

 

L’équipe du studio le Regard du Cygne

 

+ Dossier de presse – Signes d’Automne 2016 +